La Résistance en Oléron PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mercredi, 20 Août 2008 10:11

La Résistance en Oléron

La Résistance oléronaise, créée sur la base d'un réseau de renseignement de l'OCM (Organisation Civile et Militaire), par le lieutenant DREUX, Pierre WIEHN et Robert ETCHEBARNE (ces deux derniers seront fusillés à Bordeaux le 11 janvier 1944), est décapitée par la Gestapo le 11 octobre 1943.
A partir de septembre 1944, plusieurs groupes de résistants issus des maquis de Dordogne (Castel-Réal et brigade RAC / Armée Secrète ; Corps franc Roger / FFI et Corps franc Roland / FTPF) réorganisent les réseaux actifs et installent des postes émetteur-récepteur à Dolus et à La Chevallerie.
Cependant, les résistants font l'objet d'une véritable traque de la part de l'occupant. Le 15 décembre 1944, le lieutenant DREUX, Raymond GRANDSARD de Saint-Pierre et FOUCAULT de Chaucre sont exfiltrés par la Résistance sur le continent ; le 18 décembre 1944, 262 personnes, dont une centaine de la Cotinière, sont arrêtées et interrogées. Certaines sont emprisonnées à la citadelle du Château-d'Oléron ou déportées sur l'île de Ré. Le 7 janvier 1945, tous les gendarmes d'Oléron sont désarmés et emprisonnés. Le 11 janvier 1945, 200 habitants sont expulsés sur La Rochelle.
En avril 1945, Emile SCHWARTZ, adjoint de Marcel PERAUD dit "Daphnée-Renée", est désigné comme chef de la Résistance sur l'île. Il reçoit un mois plus tard, le 16 avril, une importante livraison d'armes légères (216 mitraillettes Sten et des munitions) afin d'équiper ses 200 partisans du groupe "Pré-Salé".





Le Corps franc Roland en 1944

Le sergent Lecètre





Mise à jour le Jeudi, 03 Avril 2014 11:36